An Innocent Man

Hello mes Zigos. Loin de me préoccuper des MaDvociférations, j’aborde une nouvelle escapade dans les souvenirs. Par contre, ça commence à me coûter un bras, le chatterton. Bref… Après Rod Stewart, qui lui a tout de même fichu un coup, j’ai choisi, pour nous divertir ce soir : Monsieur Billy Joel.

L’occasion est encore bien trop tentante de 1/ la faire râler, 2/se replonger dans l’âge doré de la coupe mulet et des libertés (j’ai vu ce clip plusieurs fois et il ne m’a ni donné envie de fumer, ni envie de boire. Ça c’est fait… Bonsoir Monsieur Évin) et 3/ regarder des vidéos kitschissimes à souhait.

Je vais être honnête, à cette époque je n’étais pas très fan. Puis sa voix a pris une belle maturité (tout comme moi) et maintenant, c’est avec plaisir que, régulièrement, je me fais des piqûres de rappel. Bref… Billy Joel, tout le monde le connaît. Oui, oui, je sais encore ce que je dis, les juniors, il a signé quelques incontournables.

Il a signé des incontournables et il a inspiré, inspiré. En particulier des chanteurs à mille lieues de son style. C’est dans les vieux pots qu’on trouve la meilleure soupe, non? J’vous ai fait une petite sélection. Ready?

Uptown Girl // Entendue des milliers de fois. Même mon ado d’appartement la connaît celle-là. La bourgeoise est devenue la Ghetto Girl de Mann & Sean Kingston.

Honesty // Le slow par excellence et cette merveille sut trouver le cœur de Jay Z… Et, forcément celui de Beyonce. Entre nous soit dit, elle ne s’est pas foulée, deux arrangements supplémentaires, sinon copier-coller.

Just The Way You Are // Bien évidemment, personne n’aura oublié la déclamation, suivie du ramage entêtant du grand Barry White.

Movin’ Out // Cette fois, The Diplomats s’y collent et cette version est vraiment une tuerie.

We Didn’t Start The Fire // Ah Ah!! MaD?? Do It?? Les Beastie Boys, ça te parle?? Si, si, j’t’assure. Tends l’oreille, ça se passe à 2:06 😉 Why did Billy Joel say whe didn’t start the fire

Voilà, voilà… Fabuleux pianiste, compositeur qui ne voulait pas se conformer au moule mais que le système a fini par rattraper, new-yorkais dans l’âme. Tiens, je pense (ça arrive, ça aussi) au thème de mon prochain AYTTM… Ce sera Goodnight Saïgon. Recrues USMC et frissons garantis (le piano y est pour beaucoup).

Tant de fêlures, de mélancolie dans chacune de ses cordes frappées, nous plongent dans sa propre vulnérabilité. À priori, finies les tentatives pour se rayer de la carte. Aurait-il finalement trouvé son long fleuve tranquille?

Il faut donc écouter et réécouter Billy Joel maintenant que vous avez fait connaissance, ou que vous avez apprécié ces retrouvailles. L’homme n’est plus un étranger. Profitez-en, la playlist est !

Have a good night, sweet Zigos and… A++

MeloP ζ

2 réflexions sur “An Innocent Man

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s