AYTTM: Fondamental

Hello mes Zigos. Prêt(e)s à faire hurler MaD? Une chanson qui vous parle est une chanson dont vous allez retenir chaque parole et chaque souffle rapidement. Je ne suis pas fan de Calogero, j’aime (vraiment pas souvent) un titre par-ci, par-là. Celui-ci s’est inscrit dans mon crâne en une fraction de seconde.

[MeloP] Toutes ses pierres sur lesquelles on se hisse et qui font de nous un édifice. On a tous au fond du mental toutes ses choses fondamentales. Toutes ces personnes nées dans le passé qui nous poussent et qui nous font pousser. Cachées là au fond du mental, ce sont les choses fondamentales.

Le refrain est si juste au niveau du choix des mots, qu’avec lui seul le film se met en route. Le temps qui passe et les souvenirs qui nous accompagnent. Ce que nous sommes résulte de ceux qui nous ont entourés, ceux qui nous ont aidés à surmonter les rires comme les larmes. Tout ceux qui nous ont construits et ont fait de nous l’enfant, le parent, l’ami, l’Homme, la Femme, l’adulte qui promène (ou traîne sa vie)

[MaD] Je n’vais pas hurler, ô Meloah Bouillir, d’abord parce que j’ai une bonne grosse crève. Du coup mes ouïes sont déréglées, rapport à l’écho confus qui y règne, et ce ne serait donc pas très fair-play de parler voix ou musique.

[MeloP] On a tous une chanson d’Souchon qui nous traîne, un vieux col roulé qui nous gène. Oui, ça j’ai, sauf les cols roulés, pull et autres tee-shirts, qui font plus que me gêner, ils sont devenus insupportables (j’étouffe!)et ont tous viré… 

[MaD] Ouais, les cols roulés ça gratte. Sinon j’ai un peu plus tendance à me tourner vers une muse-fée islandaise. ; P

[MeloP] Une rentrée, une odeur de trousse. Oui, plein! Même si ça date pas d’hier, je me souviens de mon arrivée au collège, au lycée… Si je ferme les yeux, j’revois mes potes, j’me rappelle chacun de mes stylos-plumes, certains que j’ai conservé d’ailleurs.

[MaD] Nan, ma trousse elle sentait rien, par contre le tube de colle! OoD

[MeloP] Bah, c’est du propre. J’te signale que nous avons un public 😉 Un vieux poster de Saint-Etienne, des mots qui nous ont démolis, des « je préfère qu’on reste amis ». Pas de posters de Saint-Etienne, le foot et moi c’est pas le grand amour (par contre j’crois bien que mon papa chantait Allez les Verts). Des mots qui m’ont chamboulée, fait pleurer, oui, qui m’ont démolie… Non. Comme ça, j’ai l’air dépressive mais c’est une fausse impression. Ces paroles, même blessantes, m’ont juste donné le choix entre ce que je voulais ou pas. Des « Je préfère qu’on reste amis »… J’étais la spécialiste car je déteste heurter mais j’ai entendu pas mal de « faut qu’on parle »!

[MaD] Pas non plus de poster de ballon, de mon côté, quand aux mots les plus vrais, les plus durs aussi, ils me restaient en travers du gosier, devenaient silencieux. À peine croyable que je me sois tournée vers la plume, tiens. ; )

[MeloP] On a tous, une bonne odeur de tarte aux pommes, une chanson super en automne, un vieux couloir qui fout la frousse. Rien que d’y penser, ma mémoire olfactive se met en route. Je revois ma grand-mère la sortant du four et… cet escalier menant à la cave… Brrrr, j’en ai encore la chair de poule. Je courrais pour descendre et remonter, même Usain Bolt serait resté sur place!

Une chanson super en automne? J’ai le droit à une artiste en globalité? Françoise Hardy. C’est le top, de grosses gouttes de pluie sur les carreaux et hop… So much fun! Une en particulier? 

Remarquez, la dernière n’est pas mal non plus 😉

[MaD] Oh la! La mémoire olfactive, ça je connais bien. Certaines images idem, et par dessus tout des sons, du plus ténu au plus éclatant.

Bon, rapport à la cave, il y a prescription maintenant, mais ça ne m’a jamais fait avaler plus vite ni en entier aucun de mes repas. La caisse à patates se rangeait d’ailleurs à mon avis.

[MeloP] Une amoureuse en collégienne, des prénoms qui soudain reviennent devant des vieilles photos d’élèves. Oui, oui, oui. Absolument, sauf que pour moi ce sont des amoureux en collégiens, ce qui au final est super moins glamour ou sexy, non?

[MaD] No comment.

[MeloP] Si un jour je me désaccorde, même perdu, déboussolé, je ferai résonner la corde, la note sur laquelle j’ai poussé. Là non. Je m’accroche à mes enfants ou à mon homme. Je n’arrive pas à me tourner vers mes parents ou mes grands-parents… Trop de passif et d’incompréhensions. Il paraît que la résilience est possible et nécessaire. Je me pencherai sur la question… Un jour… 

[MaD] La musique, super thérapie. C’que je préfère? No comment.

[MeloP] Oui! La musique évidemment. Grâce à elle, on s’en fout… We’re free babe!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s