R U Tatami : Did I remember

Alohallo, Sweet Ziknautes !

Il est une déesse qui seule me berce à toute heure du jour et de la nuit, emplissant de nectar mes écoutilles.

Le plus doux de ses chants se fredonne ou s’entonne l’oeil clos et la pommette plissée :

Did I remember to tell you I adore you  Je ne me souviens plus avoir dit (que) je t’adore

And I am livin’ for you alone Et (que) je ne vis que pour toi

Did I remember to say Je ne me souviens plus avoir dit

I’m lost without you Que je suis perdue sans toi

And just how mad about you I’ve grown Et que tu occupes toutes mes pensées

You were in my arms Tu étais dans mes bras

And that was all I knew Et c’est la seule chose qui comptait pour moi

We were alone, we two Nous étions seuls, tous deux

What did I say to you Le reste importait peu

Did I remember to tell you I adore you (mais) Je ne me souviens plus avoir dit (que) je t’adore

And pray forevermore you’ll be mine Et prié que tu sois mien pour toujours

*

You were in my arms Tu étais dans mes bras

And that was all I knew Et c’est la seule chose qui comptait pour moi

We were alone, we two Nous étions seuls, tous deux

What did I say to you  Le reste importait peu

Did I remember to tell you I adore you (mais) Je ne me rappelle plus t’avoir dit (que) je t’adore

And pray forevermore you’ll be mine Et prié que tu sois mien pour toujours

[MaD] M’est avis que l’interprète de cette chanson se rappelle très bien ne pas avoir osé déclarer son transport amoureux. Ah bah merdalors. Cependant toutefois néanmoins, elle (ou il) a tout aussi bien pu réaliser enfin que… sa/son partenaire de l’époque avait, sur le moment, au mieux, de graves problèmes d’audition. Sinon j’envisage la simple perte de mémoire due à l’âge très avancé desdits protagonistes…

[Melo] Aïe… Je suis sans voix parce que… On parle de grand amour là, non? De l’amour avec un immense grand A, non? De l’amour avec un immense grand A et forever and ever! Ouais, voilà, c’est pourquoi je sèche. Oui, non, parce que c’est beau sur le papier, le trip blottissement dans les bras de l’autre, celui qui fait pousser des ailes, celui qui efface le reste du monde… Mais y mêler une prière, la soumission et l’éternité… Ouaip… Voilà, voilà. Sans ça, j’aime cette chanson 😉

[MaD] Et je n’en dirai rien de plus. Au mieux j’ajouterai un petit extrapour mes sweet ziknautes.

les auteurs ont remporté l'Academy Awards de la meilleure chanson en 1937.
controverse : quelle chanteuse doublait Jean Harlow ?
Virginia Verrill ou Eadie Adams ?
Cary Grant

Enjoy,

MaD & Melo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s