OTR : Tinderbox

Suite à une erreur technique (mouhaha...oh no! xx( ),
avec toutes mes plates confuses, voici le post de samedi.

Siouxsie and the Banshees

Aloha, La Foule !

Au XXème siècle on prenait le temps de faire durer les morceaux, on savourait les petites notes… Au XXIème aussi.

Armées d’un tire-son affûté et d’une bonne grosse baffle, deux zigomardes téméraires s’avancent dans l’arène. Au centre, une galette trentenaire.

De part et d’autre de cette croustillante :

Melody Personne aka [MeloP]

Grande Incantatrice des Hommages et de la Machine à Cliquer, Hyper Propulseuse de Musique et de Nouveautés, Excellente Pilote sans Faille et sans Reproche de l’Incontournable Zigomaphone, et Giga Multiplicatrice des Painsosts !

face à

ZigomaD aka [MaD]

Détentrice du Record Intergalactique d’Écoute en Apnée de la Pousse des Mousses et du Bruissement des Feuillus, Fieffée Laborantine de la Recherche d’Ondes Contre les Cages Obstruées et plus si affinités, Immense Pouvoir de Rétention de Painosts, et pis c’est tout !

GO!

Candyman

2 M le M et sa Joséphine

[MaD] Sorti en 1986, je ne l’ai écouté que deux ans et des poussières après sa sortie…Oo!? Avec l’inexistence d’internet, le verrouillage par radios et télés interposées, je dois à un ami précieux la découverte de Tinderbox. Ah les cassettes audio! sans elles… beh y avait bien le chant du coq, deux merles et une chouette mais… Bref, Candyman a déboulé entre mes ouïes et la voix de Siouxsie Sioux est allée s’y percher aussitôt et pour longtemps (aux côtés de Kate Bush, Kate Pierson (B52’s), Nina Hagen, Janis Joplin, Billie Holiday, Elizabeth Fraser (Cocteau Twins), Sinéad O’Connor, Björk, Moya Brennan (Clannad), Skin…)

[MeloP] Houlà… Grosse méprise sur le titre. Je pensais que tu allais nous présenter des célibataires beaux (belles), riches, intelligent(e)s, zéro défaut mais qui malgré toutes ces qualités n’ont pas trouvé chaussure à leur pied, et là: Siouxsie… C’est pas mon jour.

This Unrest

[MaD] Si je contais la pop des années 80, je bazarderais beaucoup des merdouilles qui suintaient des postes en tous genres, mettrais en route A Forest par The Cure, et enchaînerais avec This Unrest.

[MeloP] Grand ménage de printemps… Les Cure, oui mais je reste troublée par l’enchaînement.

[MaD] Ensuite je m’amuserais encore à raconter les éternelles étiquettes : rock alternatif ? Rock gothique ? New Wave ? Flik Flunq Glonz Sprurts ? C’est franchement curieux de parler de nouvelle vague. Oui, je sais, comme le cinéma des années 50. Mais du coup c’est nouveau pour combien de temps, le machin ? Pis polémique et pop qui mousse aussi tant qu’on y est. On aime on écoute, on n’aime pas on passe à autre chose. Basta.

Cities In Dust

[MaD] Aux Enfants de la Chance, dira Gainsbourg en 88. Ne passons pas par quatre pailles, nous voici les pieds dans la poudre. Un titre bien remuant pour s’aérer les idées à la con.

[MeloP] Ça tombe vraiment mal, il se trouve que je n’ai jamais d’idées à la con. Enfin, pas souvent… Enfin, bon, oui, des fois… Mais pas à ce point.

Party’s Fall

[MaD] La solitude. Les soupirs. Les soupirs de solitude. Du coup pour la teuf c’est rien morne, par contre ça rimerait pas avec l’automne ? On était jeunes. On était joyeuses. On sautait à pieds joints dans les mares qui dévalaient de nos yeux.

[MeloP] Wouah, c’est beau… Il ne faut pas s’imaginer le tableau, mais c’est beau… Et à part ça? Parce que, en ce qui me concerne, je saute toujours dans les flaques.

92 Degrees

[MaD] Restons dans la joie et la bonne humeur et prenons vite notre température ? Un joli clin d’oeil à l’écrivain de nouvelles et de romans d’anticipation Ray Bradbury (ses Chroniques Martiennes et son Fahrenheit 451 m’ont réconciliée avec la lecture, pendant que les livres imposés en cours reposaient en tas dans un coin, rapidement refermés).

Validating Ray Bradbury: Climate change and high temps linked to violent behavior

https://www.bbc.co.uk/blogs/thereporters/markeaston/2009/01/cold_facts_and_hot_blood.html

[MeloP] Un point commun: la lecture imposée. But inavoué, définitivement t’en dégoûter. Comment ça c’est pas le sujet?

Land’s End

[MaD] The poème. Love poème. La mer, les vagues (encore cette histoire de vague, vache!), les papillons de nuit et leur attirance à la lumière. N’empêche que chantées comme ça elles remuent en dedans les tripes, les paroles de Sioux.

[MeloP] J’ai bien regardé, rien dans mon abdomen…

An Execution

[MaD] Pour coller une drôle d’ambiance à tout ton aquarium de poissons rouges en transe. D’ailleurs on ne pense pas du tout à la musique des Cure, ni au fait qu’il est question de couture à vif. Du joyeux que j’vous ai dit ! Blague à part voici de la slam-pop dramatique. (et toc)

Lullaby

[MaD] Berceuse tout en flux et reflux (eh ouais les mecs, eh ouais les meufs, dans certains cas …vagues) et poème écrit par Steven Severin (bassiste). Qu’en dis-tu ?

[MeloP] Je passe! Quelqu’un(e) aimerait me remplacer?

[MaD] Hum, ouane, two : bouge pas, MeloP, je vais t’expliquer. Après la folie journalière (tralalère traintrain quotidien) et avant que le soleil ne sorte ses rayons et ne les patine pour te nous dégivrer les yeux (vrai qu’il est relou avec ça, l’autre brûlant), la grâce et la beauté (le cygne, du gros symbole, ça le cygne. Vrai qu’a’est un sacré bestiau aquatico-terrestre avec un cou comme une anse de maxi-cruche), l’amour, la musique et la poésie berceront à travers la nuit l’enfant sans sommeil… Oo? ooD! Siouxsie et ses Banshees vont veiller sur nous ! Si, si, elle l’a dit, Madame Siouxsie Sioux. Bah me voilà toute rassurée. Alors… voyons, c’est par où le remontage du temps ? Concert Tinderbox, s’il vous plaît ! Hein?… heu…quelqu’une aurait-elle un billet ? (note pour les sceptiques : il pourrait aussi s’agir d’un adieu, le Swan, ou d’un acronyme, par exemple Smart HardWorking Ambitious and Nice, ou System Without A Name. M’enfin surtout c’est un signe, signe que sur les vagues y a un piaf…ok je sors).

Umbrella

[MaD] Magnificent down pop. Moins de vague du coup, me direz-vous ? Nope. Une large lampée de vlouch sauf que pour le texte, là je dis pouce (et je me mets personnellement à l’index) (ce qui en soi est un problème majeur) parce que, comme vous pouvez le constater, j’ai clairement le bulbe en carafe (opaque plutôt, non?). Cependant toutefois néanmoins, MeloP, notre chère Divinité, grande admiratrice de Siouxsie Sioux (et de Björk tant que tu y es) va nous résolveoudre l’intrigue du mystère en deux coup de cuiller dans l’flan :

[MeloP] Peux pas, désolée, j’me suis collé le flan dans les esgourdes sans faire exprès.

[MaD] Voilà, je l’savais, suffisait de demander. Bon, un peu de sérieux. Siouxsie and the Banshees (c’est d’la bombe, baby ? Ouais, c’est d’la Super Wonderful Atomic Nananère… Bon franchement, entre nous, dès l’départ le N j’le sentais pas). Siouxsie and the Banshees a influencé, envoûté, inspirera et charmera encore. Pour l’heure je referme la Tinderbox (Ah les chaudrons d’antan, eux au moins ils faisaient des vagues ! Et i’n’savaient même pas surfer), et mon vilain petit clapetvier.(outch)

Enjoy,

MaD & MeloP

Bon, alors là, y a deux écoles :

d’un côté, celles et ceux qui cliquent vite fait ailleurs (jusqu’à samedi prochain, merci)

et de l’autre, une coupe d’onde fraîche à la main, nos Sweet Ziknautes qui vont se régaler de quelques fioles supplémentaires (Liebe & multi thanks) :

4 MeloP Fan : 1 Cover

You’re Lost Little Girl / The Doors

4 MaD Crew : 2 Delicious

Love In A Void
Spellbound

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s